Cumulons les cumuls
aka stopmotion

Nous savons faire des photos floues, grace à un peu de magie, nous savons les assembler pour en faire des images qui clignotent, mais n'est il pas possible (voire même désirable) d'aller encore plus loin ? Bien sur que si, et nous allons voir comment. Pas de panique, vous allez voir, c'est simple. Il suffit juste de comprendre le C et le Bash.


the vidz

Comment c'est fait ?

La première étape consiste en l'acquisition d'une longue succession d'images floues. Nous utiliserons pour ça le kluge nommé grabvidseq avec les paramètres adéquats, fournis par un pilotage en bash, et nous sauverons les captures au format .fimg, prévu à cet effet. En pratique, le système capturera une image floue toute les trois secondes, sachant qu'il faut 30 images pour obtenir une seconde de vidéo, vous pouvez imaginer le rythme trépident d'un tournage, et la force de concentration nécessaire.

Et ensuite ?

Ensuite, il nous faut « flouter » toutes ces captures selon l'axe du temps, que chaque image générée soit composée d'un flou « temporel » des images précédents. La première méthode qui vient à l'esprit est celle de la moyenne mobile, pour le moment la plus simple. Ausitôt songé, aussitôt pensé, aussitôt codé, avec ce genre d'entité pour gérer tous ces pixels flottants :

typedef struct {
        unsigned long   magic;
        int             nbslots;            /* how many pics used ? */
        FloatImg        total;              /* computing workspace */
        FloatImg        *slots;             /* circular buffer */
        int             next;               /* incremented with modulo */
        } A_Fifo;

Donc, le code qui gère (approximativement) ce genre de FIFO (qui, en fait, est plutôt un buffer circulaire) est dans le fichier fonctions.c et l'appel de ces fonctions est dans fonderie.c. Code que vous appelerez avec ce petit script. Et oui, je sais, c'est crade et mal commenté, mais c'est juste parce que j'aime bien le kitch dans l'art informatique :)

Pour finir...

Ça été un bon exercice de gruik-coding, qui m'a permis de rencontrer des gens passionnés, de découvrir des bugs dans mon code, de passer de bons moments, d'apprendre le calme (rappelez-vous de la cadence infernale de prise de vues) et de continuer dans la confection d'images kitches comme je les aime.